Messages les plus consultés

Le comptable


Serge utilise la comptabilité comme une carapace pour contenir ses émotions. Mais son cousin, avide de sensations, monte une escroquerie provoquant la déchéance puis l'éveil de ce comptable replié sur lui-même. 
S'ajoute à cela le baiser impromptu de Léonie, une collègue styliste, qui déclenche en lui des sentiments dont il se croyait incapable.
Deux événements qui dévoilent le ressort et la vitalité d'un personnage apparemment terne, victime d'une écrasante machination qui aurait dû l'anéantir... 

En attendant Bojangles, Olidier Bourdeaut

Le narrateur nous livre de ses yeux ingénus une enfance rêvée, ludique et enchantée ; il ne s'agit cependant pas d'une enfance de rêve : Les contraintes sont effacées, les situations cocasse, les bacchanales repoussent les limites de l'imaginaire, mais en-deçà d'une quête effrénée de bonheur provoquée par une mère impétueuse subsiste la mélancolie d'un père qui laisse sa femme vivre sa folie, entraînant leur fils dans un monde de plaisirs trop faciles. 

Pour moi, ce livre détonne parce qu'il présente une personne folle comme un être aimé et qu'il lui donne une vraie place, - soyons fou : la première - dans une famille soudée, louvoyant tant bien que mal autour de ce noyau instable. L'auteur manie l'humour et la poésie avec une telle dextérité que l'on pourrait en oublier la tragédie qui se joue. Elle se trouve pourtant au cœur de cette histoire rocambolesque. Si l'amour du père et du fils lui en donne ses lettres de noblesse, le combat mené par la malade au nom des siens, en est, lui, le fil, lumineux.