Messages les plus consultés

L'île sous la mer, Isabel Allende


À Saint-Domingue, la révolte noire monte de la terre, de la danse vaudoue qui piétine cette même terre cultivée par les esclaves. L'Europe ne sait pas grand chose du prix humain de ces produits importés de si loin, là où les droits de l'Homme ne pénètrent pas.
Mais sont-ils vraiment humains ces êtres capables de surmonter la déchéance imposée par des exploitants qui se justifient sans remords ? Le cynisme est à son comble, au point de non-retour.

L'auteure nous emmène sur les traces d'une enfant noire mise au service d'une femme plongée dans la folie et incapable de s'occuper de son enfant. Cette esclave pénètre malgré elle dans l'intimité des blancs et trouve la force de leur donner son dévouement. Superbe résiliente, elle traverse l'Histoire au moment où l'esclavage est remis en cause par ses victimes, mais aussi par quelques blancs qui osent laisser parler leur cœur.

Ein Brera, Lisa Giraud Taylor

Béatrice est aimée de son patron, de ses collègues, et toujours réclamée par ses enfants alors qu'elle se consacre de façon extrême à son travail.
Lorsqu'elle se retrouve en catastrophe en Israël pour aider son patron en fâcheuse position, elle trouve en Noah, chargée de sa protection, l'homme qui pourrait remplacer son ex-mari qui l'a quittée.

L'auteure nous entraîne dans des situations de haute-voltige, Béatrice navigue avec dextérité dans des milieux de pouvoir et même à Jérusalem, la capitale de tous les dangers. L'amour s'invite cependant comme une évidence. Tout est sous contrôle lorsque surgit l'impensable. Cette fois-ci, notre héroïne plie. 

Le roman traverse alors l'Histoire et offre à Béatrice un peu d'humilité, nous la découvrons sous un jour nouveau. Son nouveau combat est fort, mais aussi émouvant. Ce pourrait bien être le combat de sa vie.

Changer le sens des rivières, Murielle Magellan

Jeanne connaît les fins de mois difficiles. Confinée entre un père hypocondriaque et un travail au bar routinier, elle s'embrase vite pour Alexandre, bien qu'il soit bien plus cultivé qu'elle. Malheureusement, pour le jeune homme, cet obstacle est rédhibitoire. Alors c'est la descente aux enfers, Jeanne dérape et, ironie du sort : le seul être qui lui vient en aide est le juge qui la condamne avec sursis.
L'auteure cherche un équilibre entre amour, justice... et culture - non pas le vernis mais celle qui transforme.

Une quête menée avec naturel. Les personnages sont bien dessinés et présents dans leur rôle. La vie bifurque sur des chemins de traverse... et finalement, on accueille l'étincelle de félicité avec plaisir.
Une pépite.



Oscar et la dame rose, Eric-Emmanuel Schmitt

Oscar a la naïveté de croire qu'il peut encore vivre alors que la maladie ne lui laisse plus beaucoup de temps. Il faut dire qu'il est accompagné de Mamie Rose, ex -catcheuse qui lui donne toute sa confiance.
L'auteur a l'impudence d'oublier la souffrance de ce petit malade dont il invente les derniers jours en les étirant le temps d'une vie. Oscar passe la crise de la quarantaine et s'installe avec une compagne de lit d'hôpital. Son histoire est une tragi-comédie rappelant que l'humanité demeure bien au-delà de la maladie fusse-t-elle fatale.
Truculent, un peu court, mais hors des sentiers battus.

Vanda, Marion Brunet


Vanda offre à son fils une vie de bohème : ils habitent un logement sommaire sur une plage. A la fois possessive et laxiste, elle vit par et pour son 'bulot', entre bacchanales insouciantes en bord de mer et corvées insoutenables d'un travail de misère en EHPAD.
Mais dans cet équilibre précaire surgit le père qui apprend tardivement sa paternité et se découvre un attachement inattendu à ce fils inconnu jusqu'à lors.

L'auteure nous plonge dans un décor rude sans concession tout en nous ouvrant des coins de paradis éphémère qui permettent de vivre quand même, envers et contre tout, dans cet univers impitoyable.
Un roman qui se déroule facilement, tout en épargnant rien.
Un bon moment de lecture.

La belle de Joza, Eurydice Antolin, Kveta Legatova

Parfois, ça ne s'explique pas.
Au début de ma lecture, je bute sur les phrases, parce que j'y trouve quelque chose de décalé. Puis cela devient une marque de style, un vent qui souffle de cette Europe de l'Est que je connais si peu. Je découvre l'extrême tension qui sévit dans une ville qui tente de s'extirper du joug du nazisme. Puis se déroule l'histoire de cette femme médecin qui part se cacher dans les bras d'un mari simple et respectueux à l'extrême.
J'ai été prise dans le flot de ce récit.
Une histoire poignante de survie qui ouvre un nouvel horizon tout en nous faisant vivre de l'intérieur l'histoire de la Tchéquie dans une période de turbulences en Europe.