Messages les plus consultés

Le dialogue des Carmélites, Poulenc

Texte de la pièce de Georges Bernanos // Privée de sa mère morte après avoir été agressée, Blanche a toujours été fragile et ne supporte plus le climat de peur qui règne autour d'elle. Nous sommes à Pâques, en 1789. Pour son frère et son père qui s'inquiètent pour elle, elle veut conjurer ses angoisses. Elle décide de se retirer au Carmel. Le salut, l'échappatoire, devient alors possible... jusqu'au jour où la Prieure leur offre le triste spectacle d'une agonie misérable : Malgré sa foi, elle n'est pas capable d'affronter sa mort. Les soeurs, affaiblies, se voient de plus confrontée à l'absurdité du régime de la Terreur : Les accusant d'être aliénées par leur foi, on leur demande de renoncer à leur voeux sous prétexte de protéger la sacro-sainte liberté, éfigie de la République. La communauté vote alors une résolution, à l'unanimité : Celle de préférer l'échafaud plutôt que d'appliquer cette demande. Blanche saura-t-elle une dernière fois surmonter sa peur et appliquer cette décision ? On pourrait craindre une certaine complaisance morbide dans ce choix hors norme. Mais c'est au final un exemple de courage que nous donne cette communauté qui défend sa liberté de religion, et sa conviction profonde.