Messages les plus consultés

Une séparation, Asghar Fahradi

Nader broît du noir depuis que sa femme (et sa fille) l’ont quitté et qu’il se trouve seul face à la maladie d’Alzheimer de son père. Il ne se rend pas compte que l'aide-soignante qu'il a engagée pour son père : Razieh vit elle-aussi une histoire douloureuse. Méprisée par son mari, elle doit cacher sa grossesse pour pouvoir travailler, tout en s'occupant aussi de petite fille.
Il ignore aussi les cas de conscience pourtant cornéliens qu'elle doit résoudre lorsqu'elle se trouve obligée d'aider le vieillard à se nettoyer, le contact aux hommes étant strictement réglementé par la religion de leur pays.
Mais Razieh commet ce qui peut être légitimement pris pour un acte de manquement grave vis à vis du malade. Et Nader y réagit avec une violence excessive. Quand une procédure juridiciaire oppose finalement les deux, ce sont deux mondes qui s’affrontent, celui du monde moderne qui veut construire de nouvelles normes avec Nader et sa femme -revenue pour le soutenir- et celui de Razieh entourée de ses proches… et de leurs interdits, chacun étant persuadé être dans son bon droit.

La graine et le mulet, Abdellatif Kechiche

Habib Boufares : Slimane Beiji.
Hafsia Herzi : Rym.


Slimane Beiji semble absent de ce qui se passe autour de lui. Taciturne, il fait cependant valoir ses 35 ans de bons et loyaux services quand on lui annonce son licenciement du chantier naval de Sète.

Fragilisé par son divorce, il maintient cependant des relations avec ses enfants et profite encore du couscous au poisson de son ex-femme.

Cependant grâce à la vitalité de Rym, la fille de sa compagne, qui le pousse à se battre encore, il décide de transformer une épave du port en restaurant. Pour arriver à ses fins, il bravera même les tracasseries administratives et réquisitionnera l’aide de la meilleure cuisinière qu’il connaisse : son ex-femme.
Le personnage filmé par Abdel  Kechiche est d’abord ennuyeux. Le film pourrait être un documentaire sur la dure vie d’un ouvrier et les coutumes  maghrébines vécue dans un port méditerranéen. Mais finalement,  le projet de Slimane met en valeur l’excellence mais aussi la mesquinerie dont sont capables ses proches et les acteurs de cette équipée. Lentement mais surement, il révèle aussi les liens qui les rapprochent ou les rancoeurs qui les déchirent.